27 avril 2022

Interview client – Agence Successive : Quels sont les nouveaux enjeux du streaming live dans le milieu professionnel ?

Cas d'usage
10 minutes
linkedin icon facebook icon twitter icon

La tendance du streaming live s’est nettement imposée dans le milieu professionnel ces dernières années. Développée en 2016 sous l’impulsion des réseaux sociaux et des nouvelles pratiques des internautes, la diffusion vidéo en direct est aujourd’hui largement plébiscitée par les entreprises. Nous avons interviewé Jules BELLUZ, Chef de projet live chez Successive, agence de production audiovisuelle, qui nous en dit plus sur la conquête de ce marché et ses nouveaux enjeux dans le domaine professionnel. Découvrez son témoignage.

Jules Belluz, vous travaillez à l’agence Successive. Pouvez-vous vous présenter ?

En tant que Chef de projet live, je m’occupe à la fois de la préproduction des vidéos, avec notamment l’accompagnement du client et la mise en place de vidéo live, et de l’exploitation et la validation des vidéos sur le terrain où j’occupe le poste de réalisateur multi-caméras. J’ai donc la particularité d’être à la fois au bureau et sur le terrain pour accompagner le client de A à Z sur ses prestations.

Depuis mon arrivée chez Successive en 2019, nous avons décidé avec les commerciaux de redévelopper le live puisqu’il avait un peu été abandonné en 2017 par manque de compétences en interne. On s’est rendu compte que les entreprises et clients étaient très demandeurs de ce type de service.

Qu’est-ce que l’agence Successive ?

Successive est une agence de production audiovisuelle créée en 1998 et pionnière dès 2005 sur les premiers vidéos chats en ligne.

L’équipe est composée d’une quinzaine de personnes représentant tous les métiers de l’audiovisuel : chef de projet édito, producteur vidéo, graphiste, cadreur monteur. Nous avons aussi un réseau d’externes dans toute la France en renfort sur des périodes de forte activité.

On travaille avec une cinquantaine de clients actifs et on organise une cinquantaine d’événements live par an. Le live chez Successive, c’est 30% de notre activité. Le reste est réparti entre motion design et vidéo.

Quelle est la particularité de votre agence ?

Nous avons un fort atout sur l’éditorial. On accompagne les clients sur le synopsis, l’écriture du reportage, le déroulement, la construction et la préparation des interviews. En général, les journalistes s’entretiennent avec les personnes qui vont être interviewées pour les préparer au mieux mais aussi les orienter sur le discours qui est attendu.

Successive a aussi un fort atout : sa réactivité. On est capables d’envoyer une équipe de tournage sur des demandes effectuées 4 heures avant l’événement ou bien de produire un live demandé la veille.

Quels types de vidéos réalisez-vous le plus ?

Les reportages représentent notre plus grande activité. On fait également pas mal d’after movies, c’est-à-dire des vidéos qui vont reprendre les moments clés d’une journée événementielle. Le motion design représente quant à lui 30 % de notre activité : spots, tutos, habillages…

Rencontrez-vous des défis techniques ? Cela a-t-il un impact dans la réalisation vidéo des événements de vos clients ?

Nous en avons surtout rencontré avec l’arrivée du Covid où il a fallu digitaliser tous les événements physiques. C’était un enjeu parce que cela ne se faisait pas forcément. Il a donc fallu redévelopper des techniques pour rendre tous ces événements (séminaires d’entreprises, tables rondes, espaces de travail collaboratif, etc) en ligne et trouver des solutions décentralisées. L’hybridation est ensuite restée même si maintenant nous refaisons des événements en public.

On nous demande aussi systématiquement de l’interactivité dans les live, que ce soit des chats, des sondages, des quizz, etc. Les défis techniques vont plutôt ici se porter sur l’intégration de cette interactivité dans nos outils de production vidéo live. Nous faisons beaucoup de live pour des clients et, souvent, le public n’est pas au rendez-vous. Les entreprises nous demandent alors très régulièrement de développer ce type d’outils et de les accompagner sur la manière de promouvoir leur événement afin d’attirer un maximum de personnes. On essaie donc de développer des formats courts, percutants, interactifs et faciles à regarder à distance pour avoir un taux de visionnage le plus élevé possible. Quand il y a des séminaires de 8 heures avec des tables rondes de personnes qui parlent de sujets très techniques, ce n’est pas toujours facile à regarder et de rester jusqu’à la fin.

Depuis quelques années, les entreprises adoptent de plus en plus la vidéo pour la diffusion de leurs événements. Comment expliquer cet engouement dans le milieu professionnel ?

Je pense que cela vient surtout des plateformes des réseaux sociaux qui ont rendu accessible la vidéo dans un premier temps, puis la vidéo live dans un second temps. La technologie a permis de rendre cela plus facile d’accès avec les années. Sur les réseaux sociaux, on se rend compte que les vidéos sont les contenus où il y a le plus d’audience et avec le meilleur taux de rétention.

Si les entreprises ont voulu retransmettre leurs événements en live, c’est lié à deux choses : éviter les déplacements parce que c’est plus facile de faire un séminaire en ligne que de déplacer tous les collaborateurs dans un même endroit, mais aussi agrandir l’audience.

Le Covid, sans pour autant être la raison principale de cet engouement, a accéléré ce processus. Certaines entreprises ont retransmis leur séminaire en ligne par obligation puisque nous ne pouvions pas nous retrouver sur place, mais aussi par économie, puisqu’elles se sont finalement dit que c’étaient des formules intéressantes.

Dans le futur, nous devrions alterner le virtuel et le réel dans un format d’hybridation. On essaiera ainsi de rassembler à la fois des personnes sur des événements car les liens de connectivité et d’échanges sont plus sympathiques, mais aussi d’avoir des spectateurs ou intervenants en virtuel afin de pouvoir élargir la diffusion de l’événement. Les deux formats coexisteront.

Vous utilisez la plateforme Vodalys.Studio pour la diffusion de vos vidéos. Comment nous avez-vous connus ?

Au moment du premier confinement lié au Covid, nous avions besoin de faire des vidéos chats live, surtout pour le Ministère des Solidarités et de la Santé qui avait besoin de s’exprimer rapidement sur le sujet du Covid et des règles du confinement. Pendant cette période, la moitié de nos salariés était en télétravail et l’autre partie en chômage partiel. Nous n’avions donc plus grand monde sur place et il fallait trouver des solutions de réalisation de vidéo en direct qui soient totalement dématérialisées puisqu’on ne pouvait pas se déplacer.

En cherchant sur les moteurs de recherches ce type de solution, nous sommes tombés sur Vodalys. On a rapidement eu une démo de la plateforme par un membre de votre équipe. Notre choix s’est porté sur votre outil puisqu’il était plus ouvert par rapport aux autres et nous avons voulu privilégier une plateforme française.

On a donc utilisé la plateforme Vodalys.Studio pour récupérer nos vidéos à partir d’une webcam et on les a agrémenté d’images, d’extraits vidéos, de synthés, d’habillages graphiques, puis on a rediffusé le tout sur différentes plateformes, notamment Facebook et Twitter qui étaient les premiers live chats à l’époque.

Quelle(s) solution(s) privilégiez-vous sur la plateforme Vodalys.Studio ?

A 90% du temps, nous utilisons le projet « Conférence » de Vodalys avec l’utilisation de la langue des signes, soit en player privé et sécurisé avec un mot de passe ou une page dédiée, soit avec de la langue des signes et de la vélotypie comme mélangeur vidéo. C’est d’ailleurs suite à notre demande que vous avez développé et pérennisé l’outil langue des signes et vélotypie sur la plateforme.

Projet Conférence – Vodalys.Studio

On utilise aussi beaucoup la plateforme Vodalys quand nous n’avons pas Internet sur place. Cela arrive que j’envoie un cadreur sur un événement avec seulement un AVIWEST. Il me capte alors à distance une conférence de presse par exemple. L’avantage c’est que je ne déplace pas de régie, de matériel, de technicien, mais juste mon cadreur avec son AVIWEST. Il fait la prise de vidéo et de son à partir de sa caméra et l’envoie dans l’AVIWEST. Et moi, je récupère tout cela à distance sur la plateforme Vodalys.

Que vous apporte Vodalys et quelle est sa spécificité selon vous ?

Nous avons d’un côté une autonomie puisqu’on peut être amenés à être très réactif quand on nous demande la veille un live pour le lendemain. Il faut donc être autonome et préparer rapidement le projet sur Vodalys. Et d’un autre côté, nous avons aussi un accompagnement technique si on le souhaite. Cela nous est notamment arrivé de demander un renfort technique à l’équipe Vodalys.

En cas de soucis sur nos événements, on peut compter sur Vodalys. Vous êtes force de proposition en cas de manque de matériel ou de moyen humain et êtes disponible en cas de question sur un outil particulier.

Nous nous y retrouvons aussi économiquement quand on est sur des événements où il n’y a pas besoin de déplacer de matériel ou de technicien.

Si vous deviez décrire Vodalys en 3 adjectifs, lesquels seraient-ils ?

Facile : la simplicité de la plateforme, les fonctionnalités mises en évidence et le design simple.

Flexible : votre politique de prix : on paye ce qu’on utilise.

Coopératif : le fait qu’on puisse être à plusieurs sur l’outil.

Un conseil pour les internautes qui nous lisent et qui souhaitent se lancer dans le streaming live ?

N’hésitez pas à vous faire accompagner pour bien vous lancer, comprendre les bases et surtout les enjeux du streaming vidéo. Et surtout, prenez bien le temps de préparer l’événement, fond et forme !

Le streaming live est à la mode, certes, mais il faut savoir l’intégrer dans son plan de communication et le promouvoir auprès des bonnes cibles pour que l’investissement soit utile.

Merci à Jules pour sa confiance et sa disponibilité. Pour en savoir plus sur Successive, rendez-vous ici.

Pour ne rien manquer aux actualités de Vodalys, suivez-nous sur 
LinkedIn – Facebook – Twitter – Instagram – YouTube